Apprenez langues en ligne !

Home  >   50langues.com   >   français   >   arménien   >   Table des matières


87 [quatre-vingt-sept]

Passé des modaux 1

 


87 [ութանասունյոթ]

անցյալը բայերով 1

 

 
Nous devions arroser les fleurs.
Մենք պետք է ծաղիկները ջրեինք:
Menk’ petk’ e tsaghiknery jreink’
Nous devions ranger l’appartement.
Մենք պետք է բնակարանը հավաքեինք:
Menk’ petk’ e bnakarany havak’yeink’
Nous devions laver la vaisselle.
Մենք պետք է սպասքը լվանայինք:
Menk’ petk’ e spask’y lvanayink’
 
 
 
 
Vous deviez payer la facture ?
Հաշիվը պիտի վճարեի՞ք:
Hashivy piti vcharei՞k’
Vous deviez payer l’entrée ?
Մուտքի տոմսը պիտի վճարեի՞ք:
Mutk’i tomsy piti vcharei՞k’
Vous deviez payer l’amende ?
Տուգանք պիտի վճարեի՞ք:
Tugank’ piti vcharei՞k’
 
 
 
 
Qui devait dire adieu ?
Ո՞վ էր ստիպված եղել հրաժեշտ տալ:
VO՞v er stipvats yeghel hrazhesht tal
Qui devait aller à la maison de bonne heure ?
Ո՞վ էր ստիպված եղել շուտ տուն գնալ:
VO՞v er stipvats yeghel shut tun gnal
Qui devait prendre le train ?
Ո՞վ էր ստիպված եղել գնացքով գնալ:
VO՞v er stipvats yeghel gnats’k’ov gnal
 
 
 
 
Nous ne voulions pas rester longtemps.
Մենք չէինք ուզում երկար մնալ:
Menk’ ch’eink’ uzum yerkar mnal
Nous ne voulions rien boire.
Մենք չէինք ուզում ինչ որ բան խմել:
Menk’ ch’eink’ uzum inch’ vor ban khmel
Nous ne voulions pas déranger.
Մենք չէինք ուզում խանգարել:
Menk’ ch’eink’ uzum khangarel
 
 
 
 
Je voulais juste téléphoner.
Ես ուզում էի զանգահարել:
Yes uzum ei zangaharel
Je voulais commander un taxi.
Ես ուզում էի տաքսի կանչել:
Yes uzum ei tak’si kanch’yel
En fait, je voulais rentrer à la maison.
Ես ուզում էի տուն գնալ:
Yes uzum ei tun gnal
 
 
 
 
Je pensais que tu voulais appeler ta femme.
Ես կարծում էի, թե դու կնոջդ էիր զանգում:
Yes kartsum ei, t’ye du knojd eir zangum
Je pensais que tu voulais appeler les renseignements.
Ես կարծում էի, թե դու տեղեկատու էիր զանգում:
Yes kartsum ei, t’ye du teghekatu eir zangum
Je pensais que tu voulais commander une pizza.
Ես կարծում էի, թե դու պիցցա էիր պատվիրում:
Yes kartsum ei, t’ye du pits’ts’a eir patvirum
 
 
 
 


Grandes lettres, grands sentiments

Beaucoup d'images sont montrées dans la publicité. Les images éveillent en nous un intérêt particulier. Nous les regardons plus longtemps et plus intensément que les lettres. Nous nous souvenons donc mieux de la publicité dans laquelle apparaissent des images. Les images provoquent aussi de fortes réactions émotionnelles. Les images sont très vite reconnues par le cerveau. Il sait tout de suite ce qu'il y a à voir sur l'image. Les lettres fonctionnent différemment des images. Elles sont des signes abstraits. C'est pourquoi notre cerveau réagit plus lentement aux lettres. Il doit d'abord comprendre la signification du mot. On pourrait dire que les signes doivent être traduits par le cerveau du langage. Mais on peut aussi provoquer des émotions avec des lettres. Pour cela, il suffit d'imprimer le texte en très grand. Des études montrent que les grandes lettres produisent également un grand effet. Les grandes lettres ne sont pas seulement plus visibles que les petites lettres. Elles provoquent aussi une réaction émotionnelle plus forte. Cela vaut pour les sentiments négatifs comme pour les sentiments positifs. La taille des choses a toujours été importante pour les hommes. Lors d'un danger, l'homme doit réagir rapidement. Et lorsqu'une chose est grande, elle est souvent déjà très proche ! Il est donc compréhensible que de grandes images provoquent des réactions fortes. Ce qui est moins clair, c'est la raison pour laquelle nous réagissons aussi face à de grandes le En fait, les lettres ne sont pas un signal pour le cerveau. Il manifeste tout de même une activité plus forte lorsqu'il voit des grandes lettres. Pour les scientifiques, ce résultat est très intéressant. Il montre à quel point les lettres sont devenues importantes pour nous. Notre cerveau a appris d'une manière ou d'une autre à réagir à l'écriture…

Devinez de quelle langue il s'agit !

Le pendjabi appartient aux langues indo-iraniennes. C'est la langue maternelle d'environ 130 millions de personnes. La majorité d'entre elles vit au Pakistan. Mais on parle aussi le pendjabi dans l'Etat du Pendjab indien. Au Pakistan, on n'utilise pratiquement pas le pendjabi comme langue écrite. Il en va différemment en Inde, où cette langue possède un statut officiel. Le pendjabi possède sa propre écriture. Et celle-ci a une longue tradition littéraire.

On a trouvé des textes vieux de presque 1000 ans. Le pendjabi est également intéressant du point de vue de la phonologie. Il s'agit en effet d'une langue tonale. Dans les langues tonales, la hauteur de la syllabe accentuée modifie leur signification. En pendjabi, la syllabe accentuée peut prendre trois tons différents. C'est très inhabituel pour les langues indo-européennes. Le pendjabi n'en est que plus charmant !

 


Downloads are FREE for private use, public schools and for non-commercial purposes only!
LICENCE AGREEMENT. Please report any mistakes or incorrect translations here.
Imprint - Impressum  © Copyright 2007 - 2018 Goethe Verlag Starnberg and licensors. All rights reserved.
Contact
book2 français - arménien pour débutants